R. Sénéchal TS2 de1924

cette R. Sénéchal de 1924 était présente lors du VRM 2019.

(numéro de châssis: 3691, numéro de moteur DS 2908).

C’est amusant de la voir stationnée à côté d’une “Tank” Chenard et Walker car c’est sur une telle voiture que Robert Sénéchal à remporté ses courses cette même année et c’est dans les usines Chenard et Walker que sont construites les automobiles (cyclecars et voiturettes) R.Sénéchal.

 

–> voici une présentation de la marque Robert Sénéchal.

Le modèle TS2 est équipé d’un moteur RUBY 1100 cc (1094 cc) borgne et à soupapes en tête…Il développe 32 cv à 2600 Trs/mn, cela peut paraître faible mais il ne faut pas oublier que l’auto est très légère (moins de 500 kg).

 

 

 

 

Voici un article sur la marque paru dans le magasine Omnia de 1924 (trouvé sur le site Gallica de la BNF).

 

 

 

R. Sénéchal?

c’est sur la bourse du VRM (Vintage revival Montlhéry) qu’était exposée (proposée à la vente) cette Sénéchal “revisitée”…

D’après ce que j’ai cru comprendre, il s’agit d’une auto-construction artisanale des années ’50 sur la base d’un châssis Robert Sénéchal avec une mécanique Mathis

(je ne l’ai pas vue personnellement et je ne saurais dire quel moteur précisément…).

“Qui qu’aurait plus d’infos?” 🙂

Je ne sais pas si cette auto a participé à des compétitions ni si elle a obtenu des résultats…

 

 

 

 

 

Quant à son esthétique, disons qu’elle est… personnelle…! Et sa face avant originale.

Par ailleurs, au même VRM, j’ai pu apercevoir une autre Sénéchal, une fidèle de l’événement… 🙂

Robert Sénéchal au VRM 2015

Robert Sénéchal a mené une double carrière de constructeur de Cyclecar et de pilote automobile (puis concessionnaire, puis pilote de chasse et, enfin, commerçant dans l’alimentaire…!) 

Les cyclecars (1921/1927) étaient construits avec l’aide de Chenard et Walcker chez qui, il était aussi pilote officiel…

Grâce à ses qualités de pilote et à la légèreté de ses cyclecars (muent par des moteurs Ruby, 750 cm3 pour 6 Hp), il s’octroya de nombreuses victoires, que ce soit la course de côte du Gaillon dès sa première sortie en 1921, au Bol d’or ou aux 24h se Spa (en 1926, en catégorie 1100 cm3), à chacune de ses participations, il finissait classé ou premier… A tel point qu’il en agaçait ses concurrents comme Salmson ou Amilcar!

 (Sénéchal, sur sénéchal au Grand Prix de Boulogne, 1922)

Il courra, en parallèle, aussi pour Chenard et Walcker, Delage, Panhard Levassor, Excelsior, et en Bugatti…

Cette carrière s’arrête en 1931 quand il devient pilote d’avion et photographe aérien.

 

En voici deux, aperçues lors du VRM 2015 (Montlhéry).