Napier “Gordon Bennett” 1903

Encore un monument historique, avec cette Napier “Grand Prix” de 1903, présentée lors du Retromobile de 2016 par le Musée Beaulieu.

En effet, cette doyenne est la plus ancienne voiture de course britannique qui a survécu jusqu’à aujourd’hui.

Elle participera, entre autre, à la célèbre course Gordon Benett de 1903, C’est à son volant que le pilote Charles Jarrott, alors qu’il était en pleine accélération, fit une embardée et finit par se retourner dans le fossé. Lui et son copilote furent blessés et la Napier partiellement détruite. C’est le pilote belge Camille Jenatzy qui remportera la course au volant de sa Mercedes. (C’est ce même pilote qui fit le premier. a dépasser les 100 k/h aux commandes de la voiture électrique La Jamais Contente en 1899).

Par la suite la Napier traversera l’océan pour l’Amérique et c’est en 1987 qu’elle retrouva son pays d’origine dans la collection du National Motor Museum of Beaulieu.

Son moteur 4 cylindres de 7708 cc, soupapes d’admission en tête et échappement latéral donne 45 HP à 1200 trs/mn pour une vitesse de 100 km/h (en 1903!). Son graissage se fait huile perdue au goutte à goutte et son châssis a des longerons en bois renforcé!

Après avoir remporté la coupe Gordon-Benett en 1902, SF Edge s’engage pour celle de 1903 en Irlande avec une nouvelle voiture de 13 L (il finit la course mais sera disqualifié pour aide extérieure) au côté de 2 autres Napier de 7,7 L, conduites par Charles Jarrott et DJW Stocks. Ces deux derniers abandonneront.

Celle présentée ici est la n°5 de Charles Jarrott qui a été cassée (au fossé suite à la casse de la direction, lui et son mécanicien, Bianchi, ont été blessés mais ont survécu), reconstruite et de nouveau accidentée l’année suivante (blessant son pilote Clifford Earp et son mécanicien)… Elle sera reconstruite encore un fois en voiture de tourisme et… ré-accidentée…! Elle sera alors oubliée jusque dans les années ’30 où elle réapparaîtra dans des courses de vétérans… Partie aux USA, où elle a été restaurée, elle est revenu en Angleterre pour intégrer le Musée Beaulieu grâce à Lord Montagu.

Enfin, c’est cette voiture qui est à l’origine de la couleur verte pour les voitures britanniques en compétition, elle a été peinte de cette couleur en hommage aux irlandais lors de la coupe Gordon Benett (en Irlande) de 1903!

 

Napier T75 de 1920

autant quelques belles marques automobiles purement françaises ont un nom qui pourrait “sonner” anglais (Salmson, Hotchkiss…), et bien Napier, avec sa consonance française est bien une marque anglaise…! 🙂

Montague Napier a commencé par modifier un moteur Panhard, ne s’en satisfaisant pas, il crée son propre moteur et les premières auto Napier sont livrées dès 1900! (il rachète sa société à son ancien assoscié Edge en 1912). La marque fait référence grâce à ses participations en course dont la victoire de Edge à la coupe Gordon-Bennett en 1902 (elles étaient toutes vertes ce qui donna la couleur officielle des voitures anglaises en course) et la qualité de fabrication (son concurrent direct n’était autre que Rolls-Royce!) 

Pendant la première guerre, il fabrique des moteurs d’avion en sous-traitance et, une fois encore, lance son propre moteur en 1916 ( le “Lion”, un w 12 de 450 chevaux).

C’est en 1919 que sort la T75 (6 cylindres pour 6,2L, 40/50Hp) mais les ventes seront faibles (jusque’en 1924) à cause de son prix prohibitif! Après avoir essayé de racheter Bentley en 1931, Napier arrête sa production d’automobiles pour continuer à fabriquer des moteurs d’avion dont son fameux “Sabre” dans les années ’40.

Voici la T75 TT de 1920 présente au VRM 2015 (Montlhéry). J’avoue ne pas en savoir davantage sur cette auto (les infos sont les bienvenues 🙂 )


ça me donne envie de rentrer “Napier” … 🙂

La coupe Gordon Benett

En 1899, James Gordon Bennett, le richissime propriétaire du journal New York Herald (c’est ce journal qui, entre autre, organise  l’expédition africaine de l’explorateur anglais Henry Morton Stanley à la recherche de David Livingstone de 1869 à 1871), propose aux automobile-clubs des pays industrialisés d’organiser un Prix International où les nations seront représentées par leurs constructeurs automobiles.

La Coupe Gordon Bennett connaît des débuts difficiles.

La première se tient en France en juin 1900 sur le parcours Paris-Lyon, mais elle ne rassemble que cinq concurrents, dont trois Français, tous sur Panhard-Levassor.

Il faut savoir qu’à cette époque, notre pays est le premier producteur de voitures au monde et que le sport automobile est un monopole hexagonal. Deux voitures seulement rejoindront l’arrivée (Charron et Girardot), à 62 km/h de moyenne tout de même.

En quelques années, elle devient un événement aux répercussions mondiales, avec de puissants enjeux industriels, économiques et politiques.

Ces premières courses marqueront la naissance des grandes compétitions automobiles internationales.

  

Année
Pays
Route/Circuit
Pilote
Voiture
Temps
1900
France
ParisLyon, France
Fernand Charron, FR
Panhard 40 HP
9 h 09
1901
France
Paris – Bordeaux, France
Léonce Girardot, FR
Panhard 40 HP
5 h 50
1902
Royaume-Uni
Paris – Innsbruck, Autriche
Selwyn Edge, GB
Napier 50 HP
11 h 02
1903
Allemagne
AthyComté de Kildare, Irlande
Camille Jenatzy, BE
Mercedes 60 HP
6 h 39
1904
France
Montagnes de Taunus, Allemagne
Léon Théry, FR
Richard-Brasier
5 h 50
1905
France
Circuit d’Auvergne, Clermont-Ferrand, France
Léon Théry, FR
Richard-Brasier
7 h 02

La dernière à lieu en 1905. En effet, l’Automobile Club de France a décidé de la saborder pour organiser, dès l’année suivante, son premier Grand Prix de l’ACF.

Signe que l’événement a gravé dans la mémoire collective des souvenirs vivaces, cent ans plus tard, les partenaires historiques de la Coupe Gordon Bennett se sont à nouveau rassemblés pour la  remettre sur pied en 2005.