Mors 1913

Mors 2Mors est une marque incontournable de la compétition automobile d’avant la première guerre… Elle a été créée par les frère Louis et Emile Mors et a, dès ses origines (la société sort son premier véhicule à vapeur en 1885 et à moteur à essence en 1896), participé et remporté de nombreuses courses…!

En effet, Emile Mors court lors du Paris-Dieppe de 1897 (il termine 18°, c’est Jamin sur Bollée qui remporte cette course) et la marque participe à de nombreuse courses de « ville en ville », très à la mode à cette époque…

Par exemple, en 1900,  « Levegh » gagne le Bordeaux-Périgueux-Bordeaux (avec une 16HP), et jusqu’en 1903 où Fernand Gabriel termine 1er de la course automobile Paris-Madrid (course qui s’est arrêtée à Bordeaux et qui sonne le glas de ce type de courses à cause de sa dangerosité!).

Par ailleurs, elle brille aussi lors de courses de côtes et Mors obtient le record du monde de vitesse en novembre 1902, à trois reprises, grâce à l’américain William Kissam Vanderbilt II à Ablis, puis aux français Henri Fournier et Maurice Augières à Dourdan, avec son modèle Z « type Paris-Vienne ».

Aussi, Mors a été le « tremplin » d’un certain André Citroën qui y entre en 1906, sauve et développe l’entreprise avant la guerre, la rachète pour créer sa propre marque marque automobile, Citroën, en 1919…!

C’est pendant cette période qu’il a éfféctué son voyage aux EU où il rencontre Henry Ford et découvre une nouvelle approche industrielle qui l’inspirera définitivement, le taylorisme…

La calandre Mors se reconnait entre mille 🙂

 

Celle présentée ici (vue à Epoqu’Auto 2015 lors de la vente Osenat) est du type RX de 1913.

Elle date donc de l’ère A. Citroën, son moteur 10/12 HP est un 4 cylindres en ligne, sans soupape (Citroën ayant imposé la lincence Knight, importée par Minerva, cette même année!), 2120 cc, d’une puissance de 24 Cv à 1800 tr/mn; sa boite est à 4 rapports).

Je ne sais pas si c’est le cas de celle-ci, mais ce modèle pouvait recevoir, en option, un pont arrière à engrenage en chevron, plus silencieux (en chevron…? 😉 )

Estimée entre 30 et 40 K€ (à remettre en route), elle n’a pas trouvé preneur.

Enfin, Mors a brillé pendant la pendant la première guerre mondiale lors du fameux épisode du « Hussard à la Mors » en où le pilote Charles Nungesser (celui qui tentera la traversée de l’Atlantique avec Coli à bord de l’Oiseau Blanc à moteur Lorraine Dietrich en 1927) s’empare d’une Mors allemande et, au bord de laquelle, il traverse, à fond, les lignes ennemies pour la rapporter avec les documents qui s’y trouvaient, le 3 septembre 1914!

(Par ailleurs, je recommande cette excellente BD 😉 )

Mors GP Aéro (1907)

cet incroyable « monstre » est un autre de ces « Bitza » vus au VRM 2015 (Montlhéry). Il est basé sur un châssis Mors de course de 1907 auquel a été greffé un moteur d’avion, un V8 Curtiss de 8,2 L (1917?)

Pour rappel, Mors était un constructeur automobile français du début du siècle dernier (dès 1899), dirigé par André Citroën à partir de 1906 (et racheté par lui en 1919).

La marque avait beaucoup misé sur le sport et a notamment gagné le « Paris-Madrid » en 1903 (Fernand Gabriel).

Mais là, nous sommes bien loin de l’origine, il faut voir ce genre d’engin comme un exercice de style et une libre interprétation… une sorte de récréation 🙂

en action:

Quitter la version mobile
%%footer%%