Mathis Type P 1921

voici un grand succès de Mathis, le cyclecar Type P de 1921.

En 1921, Mathis proposait une nouvelle automobile qui entrait dans la catégorie des cyclecars (2 places, moins de 1100 cc et moins de 350 kg en ordre de marche), même si le constructeur strasbourgeois assurait qu’elle n’en avait que le nom et qu’elle se rapprochait plus vrais voiture! Le type P était né.

Performante, fiable, robuste et économique, elle rencontra un franc succès commercial. Proposée en deux empattements différents et six modèles de carrosserie différents, elle s’adressait à un large public.

Celle-ci semble avoir une carrosserie modifiée… (elle gagnerait à retrouver une caisse comme à l’origine…)

Le moteur type «P» est un 4 cylindres latéral borgne de 760 cc (alésage 55 mm X course 80 mm). Le graissage se fait par barbotage et le refroidissement est du type «thermosiphon». L’allumage est confié à une magnéto. 

L’embrayage est à disques métalliques multiples fonctionnant dans l’huile et la boîte de vitesses est à quatre rapports.

Le pont arrière n’a pas de différentiel.

Le châssis a une voie de 1,10 m. Suivant les carrosseries, l’empattement est de 2,30 m (châssis P) ou de 2,40 m (châssis P4).

Les freins à main et à pied agissent chacun sur l’une des roues arrière.

 

 

 

 

Le type P, rapidement classé parmi les meilleurs de sa catégorie, s’illustra en remportant un record de consommation de 2,28 litres aux 100 km. 

(photo et article: source Gallica)

Comme l’article ci-contre le démontre, Mathis était à la recherche d’agents pour développer son réseau à cette époque.

Il ne faut pas oublier que Mathis aura jusqu’à 400 agents et aura a été le quatrième constructeur français dans les années ’20!

Sa principale concurrente était la 5 HP (C3) de chez Citroën.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.