Les Portraits des Automobiles 3

calandre 3 (Copier)pour ce troisième (et avant-dernier) article sur la différenciation des automobiles par l’avant des capots ou leurs radiateurs, je ne résiste pas à l’envie de retranscrire un extrait de l’article de l’époque qui parle de façon presque poétique du moteur (tout en acceptant ses défauts ou manque de fiabilité…) et qui rappelle l’utilité du radiateur (on est en 1906…)

Sous le capot se cache le gros intérêt du mécanisme d’une automobile, le moteur, qui a son caractère, sa bonne et sa mauvaise humeur, ses entêtements et même sa bonhomie, selon que l’électricité lui donne des étincelles riches ou pauvres, que l’essence est plus ou moins pure, que les rasades de gaz qu’il prend sont plus ou moins complètes. Il est donc compréhensible que, les moteurs ayant tous des formes de détail assez différentes, les bonnets qui les coiffent, les capots, aient des formes assez différentes eux-mêmes, ainsi qu’on peut le constater. La fantaisie a évidemment été admise quelquefois à donner son avis quand l’ingénieur a arrêté la forme du capot de ses voitures : on a souvent réuni le conseil d’administration de la société pour lui soumettre le bonnet, et il est rare que le Président n’en ait pas modifié un pli ! Mais, le plus fréquemment, et en conformité des lois immuables de l’esthétique, les grandes lignes du moins d’un capot sont déduites des conditions mêmes du mécanisme qu’il abrite, tout particulièrement de la en quelques mots. forme d’un organe important, le radiateur, .. “

Et voici l’explication (je ne doute pas que vous êtes tous bien au courant de ces faits 🙂 ):

“On sait que les moteurs à essence employés en automobile sont des moteurs à gaz ordinaires mais très allégés. Ils consomment un gaz formé d’air et d’essence vaporisée, que fournit, au fur et à mesure de leurs besoins, le carburateur. On sait également que, chez eux, les pistons ne se meuvent dans leurs cylindres qu’en vertu d’explosions très répétées de ce gaz, explosions provoquées par les étincelles électriques (c’est le phénomène désigné en langage automobile sous le nom d’allumage). Or, ce gaz, en explosant, dégage une telle chaleur dans les cylindres que tout graissage deviendrait impossible, et que toutes les pièces se déformeraient (on dit alors que le moteur chauffe !) si l’on n’y portait remède en faisant constamment circuler autour des cylindres un courant d’eau déterminé par une pompe automatique. Mais cette eau, circulant au contact de parois qui ont une température de 300 à 400 degrés, s’évaporerait vite si l’on ne la faisait pas, dès qu’elle a servi, traverser un appareil qui la refroidisse, un radiateur, ainsi nommé parce que c’est surtout par radiation que la dissémination des calories nuisibles s’effectue.”

Dans la dernière partie des ces articles, je retranscrirai l’extrait qui parle des 2 types de radiateurs (serpentin et nids d’abeille)

Ader
Ader
Clément-Bayard
Clément-Bayard
Cornilleau
Cornilleau
Corre
Corre
Cottereau
Cottereau
Darracq
Darracq
Desgouttes
Desgouttes
Fouillaron
Fouillaron
 Gobron-Brillié
Gobron-Brillié
Helbé
Helbé
Itala
Itala
Mieusset
Mieusset

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.