Les Grandes Marques de Course, Lorraine Dietrich dans MotorSport de nov.1927

GRANDES MARQUES DE COURSE . IX.motor-sport-1927-photo-4-300x54 Les Grandes Marques de Course, Lorraine Dietrich dans MotorSport de nov.1927 Lorraine Dietrich dans MotorSport
-Lorraine-Dietrich.
Par E. K. H. Karslake.
« La Société Lorraine des Anciens Etablissements de Dietrich et Cie de Lunéville » à Argenteuil, est le nom complet du fabricant de la voiture Lorraine Dietrich, et elle a marqué l’histoire. « De Dietrich et Cie » de Lunéville en Lorraine étaient une firme d’ingénierie bien connu bien avant l’ère des voitures de tourisme, et quand ils ont décidé de se lancer dans leur construction, ils se sont déplacés sur le territoire français puis a commencé une usine à Argenteuil, près de Paris. Dans un premier temps, toutefois, leurs voitures n’étaient pas très connues jusqu’à ce que la plus célèbre de toutes les courses, de Paris à Madrid, qui a pris fin à Bordeaux, a été courue en 1903 et les a rendus célèbres.
motor-sport-1927-photo-1-300x214 Les Grandes Marques de Course, Lorraine Dietrich dans MotorSport de nov.1927 Lorraine Dietrich dans MotorSport En ces jours les voitures de tous types ont été inscrites pour les courses, beaucoup d’entre elles étaient des  voitures de tourisme tout à fait ordinaires, qui n’avaient aucun espoir de gagner, et qui ont été utilisées par leurs propriétaires qui souhaitaient voir le concours. Il y avait plusieurs voitures de Dietrich inscrites pour cette course, mais tous les espoirs de l’entreprise ont été centrées sur les trois grosses voitures qui devaient être conduites par les trois Anglais, Charles Jarrot, Lorraine Barrow et George Stead. Ces « racers » avaient été  conçus par les ingénieurs français, Turcat-Mery et leur apparence nous frappe par leur aspect curieusement moderne. Le capot ressemble à une « lame de couteau » verticale juste derrière le radiateur, qui consistait en un énorme tube à ailettes répétées et doublé sur lui-même, et gonflé progressivement vers le siège du conducteur, derrière lequelle se trouvait une belle queue rationalisé se terminant dans un autre lame de couteau verticale. Le pilote est assis beaucoup plus bas que d’habitude à cette époque, de sorte que seule sa tête dépassait au-dessus du corps profilé.
Le De Dietrichs a été réalisé juste à temps pour la course, et personne ne pense donc qu’ils feraient quelque chose de bien; mais un seul arrive à Bordeaux, les autres ne passent pas à travers une défaillance mécanique. Le nombre de « smashes » dans cette course est célèbre, et de Dietrich n’y a pas échappé. Stead, tout en se déplaçant à 80 mph, a été percuté par une autre voiture et a basculé, son pilote étant tué; Barrow a percuté un chien qui dérangeait sa trajectoire, sa voiture percute un arbre, et il était si grièvement blessé qu’il est mort peu après. Dans l’intervalle, cependant, Jarrot, qui avait commencé en premier, avait fait le troisième meilleur temps à Bordeaux, couvrant les 348.13 miles en 5 heures 52 minutes, à une vitesse moyenne de 59,34 mph

Après cette performance, la réputation de la De Dietrich est faite, et l’année suivante une équipe est créée pour la course éliminatoire qui décide quelles voitures allaient représenter la France à la Coupe Gordon Bennet, celui conçu par Turcat et Méry a été conduit par Rougier (et non pas « Rongier » Ndlr), tandis que les trois autres par les pilotes Jarrot, Gabriel, qui avait remporté la course Paris Madrid, et le baron de Forest. Parmi ceux-ci Rougier sur la Turcat Mery-de-Dietrich termine au troisième rang, avec Gabriel quatrième, tandis que de Forest a subit un embrayage cassé, et Jarrot un radiateur qui fuit. La voiture de Rougier était, par conséquent,celle de l’équipe qui a représenté la France dans la course qui a eu lieu à Saalberg près de Homburg, et après une magnifique course, il a terminé quatrième.

Trois de Dietrich étaient à nouveau inscrites pour la course des éliminatoires en 1905, et deux d’entre eux terminent, avec Duray à la troisième place. Le 130 H.P. de Dietrich porte donc les couleurs de l’entreprise une fois de plus dans la course la plus importante de l’année. Duray a terminé le premier tour à la quatrième place et après en s’accrochant bien au leaders, a finalement terminé sixième, en moyenne 42,1 mph sur le circuit difficile d’Auvergne.

motor-sport-1927-photo-2-300x207 Les Grandes Marques de Course, Lorraine Dietrich dans MotorSport de nov.1927 Lorraine Dietrich dans MotorSport En 1906, la coupe Gordon Bennet a été remplacée par le Grand Prix (de France), la première course à se dérouler au Mans. Trois  Lorraine-Dietrich 120 HP – les voiture était désormais désignées- ont été utilisées pour cette course, et avait Gabriel, Rougier et Duray comme pilotes. Il est intéressant de noter que Gabriel et Duray courent encore (article de 1927, ndlr), alors que Rougier est réapparu récemment, en 1923, quand il a conduit une Voisin dans le Grand Prix. Le 120 H.P. de Dietrich avait un moteur quatre cylindres  avec un alésage et course de 185 x 160 (17,2100 cc), un magnéto basse tension, la boîte à quatre vitesses et transmission finale par des chaînes latérales. Leur performance dans la course, cependant, n’a pas été brillante pour une cause ou une autre. Mais plus tard dans l’année Duray a marqué une victoire notable sur le 120 ch de Dietrich. La course belge de ces jours était le Circuit des Ardennes, et dans ce cas en 1906, Duray est arrivé en tête, avec une moyenne 66 mph pour les 373 miles.

Le Grand Prix 1907 a été disputé à Dieppe sur une base de la consommation de carburant limitée, les voitures ayant une moyenne d’environ 10 mpg. Trois Lorraine-Dietrichs ont été inscrites, mais cette fois leurs moteurs étaient un peu plus petits, l’alésage et la course étant de 180 x 150 mm. (15274 cc), alors qu’ils avaient les mêmes pilotes que l’année précédente. Duray a pris les devants au début de la course, talonné par les FIAT, puis tout en menant confortablement il sortit dans les deux tours de l’arrivée avec un « palier saisi » (?) dans sa boîte de vitesses. Rougier, aussi, a abandonné la course après une série de problèmes, dont, et  pas le moindre, était que l’eau chaude ne pouvait pas être empêché de s’échapper du bouchon du radiateur vers le visage du conducteur. Gabriel, cependant, continué enrégularité et a finalement terminé quatrième.

Pour la course 1908, la limite de la consommation de carburant a été abandonné, et à la place, l’alésage des cylindres a été limitée à 155 béliers. Dans ces conditions la Lorraine-Dietrichs ont été construites avec une des plus longues courses dans la course-175 mms., leur capacité étant donc 13 014 cc, et les moteurs ont maintenant soupapes en tête fixés à 45 °. Cette année, Gabriel a conduit pour Bayard-Clément, et les deux autres membres de l’équipe de Dietrich sont donc rejoint par le pilote Italien Minoia,  désormais bien connu comme pilote de voitures Bugatti et O.M. . À la fin du deuxième tour Duray et Minoia apparurent dans cinquième et sixième positions, mais sur le circuit suivant Duray a chuté hors de la course pour de bon. Sur le quatrième tour Minoia abandonne, et à environ au même temps pour Rougier une vitesse (à cause de l’embrayage) ne s’engage pas à un moment critique , et son De Dietrich a quitté la route, heurté un arbre et a été placé « hors de combat ».

Après 1908, le Grand Prix a été suspendu trois ans, mais en 1911 l’Automobile Club de l’Ouest organisée à Le Lans (ou plutôt Le Mans, Ndlr) une course appelée le Grand Prix de France. Cette année il y avait quatorze concurrents, dont l’un était Duray sur l’un des 1906 De Dietrich Grand Prix. Au bout de six tours Duray a tenu la tête avec sa voiture « agée de 5 ans », puis le sixième circuit qu’il abandonne sur un différentiel cassé.

En 1912, le Grand Prix a été relancé, et se coure sur le célèbre circuit de Dieppe. Après cette pause de trois années, il a été constaté que la plupart des champions d’autrefois avaient décidé d’abandonner la course, et d’entre eux seulement Fiat et de Lorraine-Dietrich apporté aux équipes de la ligne de départ. Il n’y avait pas de limite à la taille du moteur dans la course, et de Dietrichs eu le plus grand moteur de tous construits sur les lignes des gagnants vétérans, avec un alésage et course de 155 x 200 mm. (15101 C.C.). Aucun des de Dietrichs terminé la course, et les honneurs du concours est allé à des entreprises qui, pour les quelques dernières années ont été en course voiturettes. Cette défaite était trop pour LorraineDietrich, et pendant de nombreuses années après 1912 leur nom était absent des listes de courses d’entrée.

En dépit de leur absence en courses, Lorraine Dietrich a continué à faire de belles voitures, et en 1923 une course a été inauguré pour les voitures standards uniquement, ce qui leur a donné une chance de le prouver. motor-sport-1927-photo-3-300x251 Les Grandes Marques de Course, Lorraine Dietrich dans MotorSport de nov.1927 Lorraine Dietrich dans MotorSport Cette course est bien sûr le Grand Prix ​​d’Endurance organisée par l’AC de l’Ouest au Mans. Après la guerre, Lorraine-Dietrich a commencé à faire un six cylindres très « fine » modèle sportif avec un alésage et course de 75 x 130 mm. (3446 cc), et en 1923, trois modèles ont été engagés pour la première course de 24 heures. Leur meilleure place, a terminé huitième, par la voiture conduite par de Courcelles et Rossignol. Mais l’année suivante leur performance a été plus impressionnante. Trois voitures ont été à nouveau entrés, avec de Courcelles et Rossignol, Bloch et Stalter et Stoffel et Brisson en tant qu’équipes de pilotes. Ils se montrèrent bientôt parmi les voitures les plus rapides sur le circuit, et la moitié de la course, la voiture conduite par Bloch et Stalter a tenu la tête de plus de 20 miles. Le dimanche matin, cependant, il la perd face à la Bentley de Duff, puis à environ mi-journée Stalter a dû se retirer de la voiture avec des soupapes cassées. En dépit de cela, cependant, la Lorraine Dietrich de Stoffel et Brisson, a terminé deuxième dans la course, avec de Courcelles et Rossignol troisièmes.

Ces derniers ont conduit à nouveau ensemble sur l’une des voitures engagées pour la course 1925, Stalter et Brisson étaient ensemble sur la deuxième voiture, et Bloch et Saint-Paul avaient la troisième. Parmi ces voitures, l’une conduite par Stalter et Brisson était qualifié pour la finale de la coupe triennale Rudge Whitworth. Coupe pour la performance en 1923 et 1924; tandis que les deux et celle entraînée par de Courcelles et Rossignol étaient éligibles pour la finale de la première Coupe Biennale en raison de leur exécution de l’année précédente.

Dans la course, il vit bientôt que toute la concurrence allait se situer entre la française Lorraine Dietrichs et les anglaise Sunbeam et Bentley. Pendant la nuit, la troisième Lorraine, tout en étant conduite par St. Paul, a quitté la route et se retourne dans un fossé. Quand il a conduit dans le Grand Prix français en 1913, un Français a dit de M. R H Pope, ce qui avec un nom comme ça, le bon Dieu doit être de son côté; si il la devait à son nom ou pas, cependant, Saint Paul est sorti indemne. Dans l’intervalle, cependant, de Courcelles et Rossignol ont obtenu « le plomb », et enfin terminé au premier rang, avec l’autre Lorraine-Dietrich entraînée par Stalter et Brisson troisième derrière la 3 litres Sunbeam. La première Lorraine-Dietrich, a non seulement gagné le Grand Prix d’Endurance, mais a aussi gagné la deuxième place sur la formule de la première Coupe biennale RudgeWhitworth, tandis que celle entraînée par Stalter et Brisson était troisième dans le classement pour cette fois et la Coupe triennal.

Après cette victoire l’une des voitures, entraînée par de Courcelles et Rossignol ont participé aux 24 heures de Spa en Belgique, et a terminé deuxième, complétant son dernier tour complet quatre minutes après la Chenard et Walcker gagnante.

En 1923, la Lorraine-Dietrichs avait pas été parmi les leaders dans le Grand Prix d’Endurance; en 1924 deux d’entre eux avaient terminé deuxième et troisième; en 1925 ils avaient été premier et troisième; mais leur plus grand triomphe était encore à venir. Pour la course 1926 trois voitures ont été à nouveau engagées. Stalter et Brisson conduisent toujours ensemble, Bloch avait désormais Rossignol pour compagnon, et de Courcelles a été accompagnée par le nouveau membre de l’équipe, Mongin.

Leurs principaux rivaux étaient les Peugeot, les Bentley et l’O.M., mais dès la moitié de la course, les trois Lorraine étaient première, deuxième et sixième, et à la fin des 24 heures, les trois Lorraine-Dietrichs rentrent dans les trois premières places. Avant la course, il y avait eu de grandes discussions quant à savoir si une voiture pouvait tenir une moyenne de 100 kilomètres (621/2 miles) par heure pendant 24 heures sur le circuit du Mans; et cette incroyable performance a été réalisée par deux de la Lorraine-Dietrich, tandis que le troisième seulement en deçà de celui-ci par 0,46 kph. Le gagnant entraînée par Bloch et Rossignol couvert 1,585.99 miles dans le s24 heures et en moyenne 66,08 mph, une performance qui n’a pas été égalée depuis; tandis que la seconde voiture conduite par de Courcelles et Mongin couvert 11 miles de moins. Malheureusement il y avait un doute quant à savoir si cette dernière voiture, qui a été qualifiée pour elle, avait remporté la deuxième Biennale Coupe Rudge-Whitworth, et chacun ayant été tour à tour déclaré vainqueur, il a finalement été attribué une des O.M. Que ce soit à cause de cette confusion ou une autre rzison, les Lorraine-Dietrich n’ont pas été inscrites pour la course en 1927, mais se souviendra longtemps de leur performance en 1926, et tout le monde espère les voir revenir à la scène de leurs triomphes.

motor-sport-1927-4-236x300 Les Grandes Marques de Course, Lorraine Dietrich dans MotorSport de nov.1927 Lorraine Dietrich dans MotorSport (j’ai juste traduit (ou essayé) l’article de Motor Sport de Novembre 1927). (avec 2/3 corrections, comme le nom de Rougier qu’ils appellent « Rongier »… 🙂 )

Ceci-dit, très passionnant de relire cette histoire avec le point du vue de l’époque et l’admiration des anglais pour notre marque bien française, Lorraine Dietrich 🙂

 

 

 

motor-sport-1927-Lorraine-Dietrich-1-235x300 Les Grandes Marques de Course, Lorraine Dietrich dans MotorSport de nov.1927 Lorraine Dietrich dans MotorSport motor-sport-1927-Lorraine-Dietrich-2-238x300 Les Grandes Marques de Course, Lorraine Dietrich dans MotorSport de nov.1927 Lorraine Dietrich dans MotorSport motor-sport-1927-Lorraine-Dietrich-3-238x300 Les Grandes Marques de Course, Lorraine Dietrich dans MotorSport de nov.1927 Lorraine Dietrich dans MotorSport

pinit_fg_en_rect_red_28 Les Grandes Marques de Course, Lorraine Dietrich dans MotorSport de nov.1927 Lorraine Dietrich dans MotorSport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *