La Jamais Contente 1899

voici la première automobile à avoir passé la barre des 100 Km/h (105,88 km/h) en… 1899! C’est la Jamais Contente, voiture électrique de Camille Jénatzy (Carrosserie de Léon Auscher et Edmond Rheims pour Rothschild & Fils).

 

voici sa fiche de présentation à Retromobile (2019):

La Jamais Contente, voiture électrique conçue et pilotée par le belge Camille Jénatzy (1868-1913), fut la première automobile à franchir le cap des 100 kilomètres/heure, en 1899, dans la plaine d’Achères (Yvelines), dans le cadre d’une compétition organisée à l’initiative du périodique La France automobile.

De conception résolument nouvelle, la Jamais Contente est parmi les premiers véhicules témoignant d’une recherche d’aérodynamisme. Sa carrosserie est en alliage d’aluminium. Celle-ci fut mise au point par l’initiateur même du Musée de la voiture, Léon Auscher, qui était carrossier au sein de la maison Rothschild & fils, en association avec Edmond Rheims.

Entre 1898 et 1902, les voitures les plus rapides étaient électriques. Les automobiles électriques présentaient aussi d’autres qualités: silencieuses, faciles à conduire, plus confortables et plus propres que les voitures à pétrole, elles s’imposèrent comme voitures urbaines.

La collection du musée compte trois voitures électriques.
Don de la société Fulmen et de Madame veuve Camille Jénatzy, 1933

Camille Jenatsy était ingénieur en électricité, pilote automobile (surnommé le Diable Rouge), et fabriquant de pneus en caoutchouc et ce sont ces 3 caractéristiques qu’il a regroupé dans cette voiture de record…

 

 

 

 

 

 

 

 

La carrosserie de la maison Rothschild est en Partinium (alliage d’aluminium), matériaux beaucoup utilisé par ce carrossier. Rongée par les vapeurs d’acide des batteries, la carrosserie d’origine a du être reconstruite…

Elle fonctionne avec deux moteurs électriques d’une puissance d’environ 68 chevaux, placés à l’arrière entre les roues. L’alimentation se faisait par batteries d’accumulateurs Fulmen (100 éléments de 2 V), qui représentaient près de la moitié du poids total de 1,5 t. Les moteurs étaient en branchement direct sur les roues arrière motrices.

Malgré leurs qualités, le manque d’autonomie, l’encombrement et le temps de recharge des batteries ont fait que les moteurs életcriques ont été supplantés par les moteurs thermiques… jusqu’à aujourd’hui?

5.0
01

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.