Cyclecar Schasche 1929

Schasche 1 voici la plus simple expression du cyclecar, j’ai nommé ce Schasche de 1929 (probablement unique?) vu au VRM 2015 (Montlhéry).

Le moteur « Saroléa » (500 cc) ne se positionne ni à l’avant, ni à l’arrière mais… sur le côté de la voiture et il n’entraîne que la roue arrière gauche (pas de différentiel, donc!).

On est à la limite entre le « side-car sans moto » et la voiture… 🙂

Alois Schasche était l’importateur autrichien des moteurs Saroléa ce qui lui a permis de construire ce cyclecar pour essayer de battre des records à l’époque.

GN Parker Sports Aéro de 1922

GN est une marque de cyclecar anglaise entre 1910 et 1923.

Le nom vient des initiales des deux fondateurs, HR Godfrey (1887-1968) et Archibald Frazer Nash (1889-1965). Les moteurs étaient, au départ, des bicylindres JAP, des Peugeot puis leurs propres moteurs et la transmission s’est toujours faite par chaines. Leur faible poids leur permettait d’être très performantes!

En 1919, Salmson débute son aventure automobile en construisant des GN sous licence avant de concevoir ses propres voitures…

Celle-ci était présente au VRM de 2015 (Montlhéry), équipée d’un moteur 4 cylindres (Cirrus Engine Aéro 6124cc de 1926), 4 carburateurs et, bien sûr, une transmission par chaine…

 

 

 

 

Robert Sénéchal au VRM 2015

Robert Sénéchal a mené une double carrière de constructeur de Cyclecar et de pilote automobile (puis concessionnaire, puis pilote de chasse et, enfin, commerçant dans l’alimentaire…!) 

Les cyclecars (1921/1927) étaient construits avec l’aide de Chenard et Walcker chez qui, il était aussi pilote officiel…

Grâce à ses qualités de pilote et à la légèreté de ses cyclecars (muent par des moteurs Ruby, 750 cm3 pour 6 Hp), il s’octroya de nombreuses victoires, que ce soit la course de côte du Gaillon dès sa première sortie en 1921, au Bol d’or ou aux 24h se Spa (en 1926, en catégorie 1100 cm3), à chacune de ses participations, il finissait classé ou premier… A tel point qu’il en agaçait ses concurrents comme Salmson ou Amilcar!

 (Sénéchal, sur sénéchal au Grand Prix de Boulogne, 1922)

Il courra, en parallèle, aussi pour Chenard et Walcker, Delage, Panhard Levassor, Excelsior, et en Bugatti…

Cette carrière s’arrête en 1931 quand il devient pilote d’avion et photographe aérien.

 

En voici deux, aperçues lors du VRM 2015 (Montlhéry).

  

Bignan AL 1922

Voici un cyclecar (vu au VRM 2015 à Montlhéry) qui devrait plaire à nos amis « salmsonistes »…

Pourquoi?

Mais tout simplement parce que Jacques Bignan a fabriqué ses autos sur des « châssis/moteur » Salmson.

Cette auto est donc une Salmson AL 22 avec une calandre et une très belle carrosserie « skiff » Bignan.

Il y en a eu 996 en tout (dont 539 de ce type, les autres étant sur des bases de AL3 ou VAL 3).

C’est dire le plaisir de rencontrer une de ces belles… raretés 🙂  (Celle-ci est le n°3407)

Son moteur est donc un 4 cylindres 7 cv de 1086 cm3 à monoculbuteur qui donne 18 cv à 3200 tr/mn.


on la voit ici en action:

 

Leyland-Thomas n°1

toujours lors du week-end du VRM 2015 (Montlhéry), on a pu découvrir cette Leyland-Thomas n°1. Sa conception (par John Godfrey  Parry Thomas) date de 1924, sur une base de Layland 8 (voiture de luxe construite en 1920 et 1923 mais qui fut un échec commercial à cause de son prix!), et a été modifiée les années suivantes pour devenir cette voiture de records! Elle a d’ailleurs battu de nombreux records de vitesse à Broocklands. Il s’agit ici d’une recréation.

Parry-Thomas mourra en 1927 au volant de sa « BABS » en tentant de battre un nouveau record de vitesse (+ de 200 mph).

Quant à Leyland, le groupe deviendra la Britsh Leyland (et la BLMC) à qui appartiendrons les marques Jaguar, Rover, Land Rover ainsi que MG, Mini, Austin, Morris, Wolseley et enfin Triumph et les camions Leyland…! Mais ça, c’était avant… 🙂

 

vidéo:

Mors GP Aéro (1907)

cet incroyable « monstre » est un autre de ces « Bitza » vus au VRM 2015 (Montlhéry). Il est basé sur un châssis Mors de course de 1907 auquel a été greffé un moteur d’avion, un V8 Curtiss de 8,2 L (1917?)

Pour rappel, Mors était un constructeur automobile français du début du siècle dernier (dès 1899), dirigé par André Citroën à partir de 1906 (et racheté par lui en 1919).

La marque avait beaucoup misé sur le sport et a notamment gagné le « Paris-Madrid » en 1903 (Fernand Gabriel).

Mais là, nous sommes bien loin de l’origine, il faut voir ce genre d’engin comme un exercice de style et une libre interprétation… une sorte de récréation 🙂

en action:

Brasier « Aéro-Race » 1908

encore un « Bitza » (c’est à dire une construction de voiture de course basée sur différents éléments d’époque, à tendance -très- sportive et d’interprétation libre (et folle! 🙂 ).

Celui-ci, vu au VRM 2015, est basé sur un châssis Brasier « course » de 1908 et est motorisé par un moteur aéro (d’avion) Hispano-Suiza de 12 L…, rien que ça! 🙂

Plus rien n’est d’origine mais l’effet est garanti!  A conduire, il faut avoir une part d’inconscience, surtout qu’il n’y a pas de freins à l’avant!

celui-ci était présent à l’incontournable Vintage revival Montlhéry (VRM) de 2015.

Lombard AL3

voici peut-être mon « coup de coeur  » de ce salon Rétromobile 2015….

En effet, je tombe sur cette petite voiture (tiens, un cyclecar…) de marque Lombard..! Lombard, Lombard? J’ai déjà entendu ce nom quelque part… Modèle AL3, AL..? J’ai déjà vu ces initiales quelque part…?

Mais oui, André Lombard, l’ancien directeur commercial de chez Salmson (AL et VAL!) qui a quitté l’entreprise suite à des désaccords avec Emile Petit et la direction et qui a recréé une marque à son nom (malgré sa clause de non concurrence!), les Lombard (de 1927 à 1929).

Voici donc un modèle Lombard AL3 de 1927 (année à confirmer), en conduite intérieure « Duval ».

 

Et, à côté, il y avait aussi une BNC (ils n’auraient pas eu des destins croisés ?)