Carburateur Zenith

Quand l’achat d’une Lorraine Dietrich est à l’origine d’une inovation déterminante pour l’automobile!

zenith 1914En 1903, François Baverey acquiert une Lorraine Dietrich mais constate rapidement, en la conduisant, que le carburateur dont elle est équipée présente de graves défauts.

Suivant les allures, le mélange d’air et d’essence est trop riche ou trop pauvre, nuisant ainsi aux performances du moteur lors de l’explosion. Il décide donc de s’intéresser à ce problème et dessine un carburateur complexe doté de deux gicleurs dont l’un appelé compensateur, maintient la constance du mélange quel que soit le régime du moteur.

Cet ingénieur fait exécuter un prototype dans l’atelier de mécanique de l’usine familiale et le monte sur son automobile. Les résultats obtenus sont si sensationnels, qu’il décide dès 1906, de breveter et de commercialiser son invention sous le nom de “Carburateur Zénith”, choisissant cette appellation dans l’astronomie dont il est passionné.

zenith 1919 1En 1907, naît donc à Lyon la société du carburateur Zénith à qui les automobiles Rochet-Schneider et Cottin-Desgouttes seront les premières à donner leur confiance en décidant d’en équiper tous leurs modèles.

Par la suite, M. Rochet, propriétaire de la marque du même nom, demandera à François Baverey de diriger sa firme, ce qu’il fera durant 35 ans, assurant ainsi la fabrication d’automobiles de grand luxe.

Mais l’ascension de la marque Zénith, si elle tient au génie de son inventeur, tient aussi à son sens aigu des affaires. A partir de 1908, la firme lyonnaise mène une politique commerciale et publicitaire très agressive. Elle propose ses modèles aux différents constructeurs français et étrangers, aux petits artisans mais également aux particuliers désireux d’améliorer les performances de leurs véhicules.

12717925_974055429297437_7581860711483145230_n 9866_974055425964104_5875244690336100734_n

Le succès est tel qu’avant la première guerre mondiale, la société a construit des usines en Grande-Bretagne, en Allemagne, aux Etats-Unis et en Italie. La réussite de Zénith se poursuit après guerre puisqu’en 1928, la seule usine de Lyon produit 110 000 carburateurs par mois et l’usine de Detroit (USA) à peu près autant.

A la même époque, un géant de l’industrie automobile, la société Ford, décide d’adopter le carburateur lyonnais et d’en équiper l’ensemble de sa gamme.

Jusqu’au début des années 40, la technique mise en œuvre par Zénith a permis d’équiper des voitures de prestige telles que les Bugatti, Delage, Delahaye, Talbot ou Hotchkiss mais également des constructeurs d’automobiles plus ” populaires ” comme Renault, Peugeot, Citroën ou Simca.

zenith 1923 geo ham zenith 1923 zenith 1925

Pendant la seconde guerre mondiale, la pénurie de carburant oblige la société à se tourner vers une autre forme d’énergie : le gaz. Zénith réalise des installations complètes et met au point des carburateurs spéciaux mixtes essence et gaz ainsi que les détendeurs nécessaires au fonctionnement de l’ensemble.

En 1946, les activités normales reprennent mais seul quatre grands constructeurs français ont survécu. La guerre l’ayant fait progresser considérablement en matière de motorisation et de carburant, Zénith intensifie ses recherches afin de toujours optimiser ses carburateurs. Par ailleurs l’expérience acquise dans le domaine de la circulation des fluides conduit la société à se tourner vers des applications aéronautiques.

En 1963, Zénith cède son usine de Lyon à la société Berliet et installe son siège social et ses activités automobiles près de Troyes, dans les locaux de la Société Troyenne des Applications Mécaniques (S.T.A.M), sa filiale. En 1971, la société construit une nouvelle usine près de Saint-Etienne et y installe ses activités liées à l’aéronautique.

De nos jours, restent de cette exceptionnelle réussite, trois marques, commercialisant toujours des carburateurs et systèmes d’injection pour automobiles et avions : Zénith-Bendix ; Solex-Zénith (GB) et Zénith-Stromberg (USA).

http://www.retro-actifs.com/articles/06.01_Zenith.htm

3 commentaires sur “Carburateur Zenith”

  1. Après avoir obtenu un BTS moteur à combustion interne (EIS Saumur) j’ai travaillé un an chez Zenith à Lyon.J’étais chargé de réaliser un banc d’essais pour la mise au point des turbo-compresseur que Zenith voulait développer pour les moteurs Berliet.
    J’ai quitté la société en mai 1965 car je ne supportais pas bien le vie Lyonnaise.En juin 1965 j’ai intégré la société Cycles Peugeot à Valentigney et j’y ai fait toute ma carrière.

    1. merci d’avoir partagé votre expérience, vous faites partie de l’histoire automobile! 😉
      Amicalement
      Jean-Noël

Répondre à Billion Jean claude Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.