Ballot à Rétromobile 2016

cela faisait quelque temps que j’attendais une occasion de présenter cette belle marque sportive qu’est Ballot…

Merci donc à la FFVE de l’avoir choisie et mise à l’honneur sur son stand à Rétromobile 2016 🙂

 

Donc, voici..

 

Les frères Ballot, Edouard et Maurice, ont construit des automobiles entre 1919 et 1932 mais la société a été créée dès 1905 et s’est faite connaitre grâce à ses moteurs, d’abord industriels et marins, puis automobiles et motos à partir de 1910, en devenant les “Etablissements Ballot SA” (moteurs utilisés par d’autres marques comme Barré, Corre-La Licorne, Delage, Delaugère-et-Clayette…).

L’ancre du logo serait surtout un hommage à l’ancien métier d’Edouard qui était officier marin.

 

 

 

   

Après avoir participé à l’effort de guerre en construisant ses moteurs et même des moteurs d’avions dans l’usine du Bd Brune à Paris, les frères attrapent le virus de la compétition et commencent cette carrière aux EU à Indianapolis (500 miles) en 1919 avec leurs toutes premières autos (de course uniquement).

Ce sont des 8 cylindres de 4,8 litres et à double ACT (créées avec l’ex ingénieur Peugeot, Ernest Henry) et deux terminent, 8 et 11ièmes (c’est une Peugeot qui gagne cette course).

En 1919, René Thomas finit 2° à la Targa Florio. L’année suivante, avec un moteur 3 litres qu’elles arrivent 2°, 5° et 7°…

En 1921, la marque participe au Grand prix de l’ACF au Mans avec ses 3 litres qui terminent 2° (Ralf De Palma), 3° (Jean Chassagne) et 7° (Jules Goux alors que Louis Wagner doit abandonner). Cette même année, Ballot remporte enfin une victoire au Grand Prix d’Italie à Brescia (Jules Goux suivi de Jean Chassagne).

Si, en 1922, pour le GP de l’ACF à Strasbourg, cette Ballot a une drôle de calandre, c’est parce qu’elle cache la roue de secours …

 

 

Ces participations et résultats ne sont évidemment pas exhaustifs… 🙂

 

Fort de ses succès, et face à la demande, Ballot sort sa première voiture de série, en 1921, la 2LS, directement issue des 2 litres (1944 cc, 4 cylindres) de course avec leur double ACT et 4 soupapes par cylindre pour 88 CV.

Livrées sur châssis court, ce sont des voitures hyper sportives qui s’adressent surtout aux pilotes…

Compte tenu de leur prix prohibitif, moins d’une centaine d’exemplaires seront fabriqués entre ’22 et ’24.

En parallèle sort une auto plus accessible mais aussi plus simple (simple ACT, 2 soupapes/cylindres, toujours en 2 litres mais moins puissante) sur des châssis plus longs.

C’est la 2LT (pour “Tourisme”) mais avec ses 40Cv et ses carrosseries plus lourdes, elle déçoit et sera remplacée par un modèle intermédiaire, la 2LTS.

 

En 1927, Ballot sort une 8 cylindres (2874 cc) suivie, entre 1929 et 1932 de la RH3 (3049 cc).

(celle de la vente “Baillon” en 2015)

Avec cette montée en gamme et la crise économique, Ballot ne résiste pas et est rachetée par Hispano-Suiza qui associe son moteur 6 cylindres T64 au châssis de la RH3 pour créer la HS26 qui deviendra (en perdant définitivement le nom Ballot) l’Hispano Junior en 1932.

 

 

 

 

Revenons maintenant à cette expo “Ballot” à Rétromobile 😉

-la Ballot 2LS de 1921:

la Ballot 2LT 1924 “Lagache et Glaszmann”:

 

 

– la Ballot 2LT 1924 “camionette”:

 

et, sur le stand d’un marchand, celle-ci (2LT aussi, je pense) :

 

 

Voilà, encore une belle marque française avec une vraie personnalité qui a malheureusement disparu…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.