Lorraine Dietrich DIC Berline de Voyage 1906

cette imposante Lorraine Dietrich DIC (16 HP) série II “Berline de Voyage” n° 7243 de 1906 était exposée au salon Auto-Moto Classic de Metz (2018)

 

 

C’est en 1906 que le de Dietrich deviennent Lorraine Dietrich et, cette même année, tous les moteurs passent à la culasse en L.

Le modèle DI est un 4 cylindres de 4,1 Litres (104 x 120 mm), sa transmission est par chaîne et elle monter à 70 km/h. Elle encore fabriquée à Lunéville.

 

 

Sa carrosserie est “Berline de Voyage”, le chauffeur est à l’extérieur et les propriétaires peuvent s’installer dans un confortable “salon” fermé. Une galerie est prévue pour les bagages sur le dessus.

Il va de soi qu’on peut monter à l’arrière sans retirer son chapeau… 🙂

vidéo:

De Dietrich Type 5 (licence Bugatti) 1903

voici la reconstruction de la De Dietrich à licence Ettore Bugatti de 1903, vue lors du premier Auto-Moto Classic de Metz (2018).

Cette voiture a été construite à deux exemplaires, le premier devait participer à la course de Paris Madrid en 1902. Elle était très basse et le place du conducteur été repoussée tout à l’arrière, derrière l’essieu, pour baisser encore le centre de gravité. Cette position n’a pas plu aux organisateurs de la course qui l’ont refusée, la jugeant trop dangereuse à cause d’un champ de vision insuffisant et le manque de retenue du conducteur (et de son mécanicien) sur l’arrière… Ce sont Ettore Bugatti et Emile mathis qui auraient dû la piloter pour cette course.

 

Cette voiture évoluera donc pour devenir le “Type 5” en 1903 et il s’agit ici d’une reconstruction (replica).

(On parle toujours de “licence Bugatti” mais il ne faut pas oublier qu’Emile Mathis a aussi participé à la création de cette voiture!)

Son moteur est un 4 cylindres bi-bloc de 12,8 litres donnant une puissance de 50 cv, soupapes en têtes et transmission par chaîne… Le châssis est en tube et peut servir de réservoir d’eau pour le refroidissement!

Détails de l’auto ici. Elle pourrait monter à 120 km/h.

 

 

 

On la voit à la fin de cette vidéo:

Bugatti Type 38 de 1927 par Lavocat et Marsaud

c’est au salon Auto-Moto Classic de Metz (2018) qu’était exposée cette sublime Bugatti Type 38 de 1926 (n° de châssis: 38221, n° de moteur: 371, Immatriculation BF 4537) carrossée par Lavocat et Marsaud.

La type 38 succède à la type 30 avec un châssis allongé. Elle inaugure le fameux essieu avant tubulaire, forgé et poli, qui reprend la forme du Type 35 de Grand Prix sur une voiture de tourisme.

Son moteur aussi est le même que sur les Types 35A (11 cv, moteur borgne 8 cylindres en ligne de 1991 cc (60 x 88 mm), arbre à cames en tête, 3 soupapes par cylindre et 70 Cv pour la version non compressée). La boite est à 4 vitesses.

 

385 châssis Type 38 seront construits entre 1926 et 1927 (dont 39 compressée avec une puissance de 100 CV).

 

La carrosserie de celle-ci est un Torpédo Sport 4 places par Lavocat et Marsaud.

Elle aussi chic que sportive et racée, je trouve que c’est une des plus réussies de cette époque! (Seul l’intérieur en cuir d’autruche est peut-être un peu “too much”…)

Son histoire est incongrue puisqu’elle a été retrouvée aux etats-Unis dans les années ’70 avec un moteur… V8 Ford!

Elle a alors retrouvé un moteur Type 35A (compressé comme à son origine) avant de reperdre son compresseur.

 

 

 

  

(une partie des photos viennent sur site Coachbuild.com ou du vendeur William I’Anson Ltd)

De Dietrich HP Double Phaeton 1899

Toujours lors de l’expo Lorraine Dietrich du premier salon Auto-Moto de Metz (2018), et arrivant après la De Dietrich “Duc” de 1898, voici une autre De Dietrich 6 HP datant de 1899 avec une carrosserie double Phaeton.

 

 

Même un an plus récente, cette auto est quasiment la même, toujours en licence Amédée Bollée avec un moteur bi-cylindre horizontal de 6 HP et transmission par courroies et engrenages coniques. Elle se différencie pas sa carrosserie qui est ici un double Phaeton et toujours aussi luxueuse! L’affiliation avec les carrosserie hippiques est flagrante…

Elle possède aussi un grand radiateur à l’avant et la hauteur de l’auto, vue de l’arrière, est impressionnante…

vidéo:

De Dietrich 6 HP Type I Duc 1898

voici la plus ancienne des De Dietrich exposée (et existante) lors du premier Salon Auto-Moto de Metz (2018)…

Il s’agit de la De Dietrich Type I 6 HP de 1898 à carrosserie “Duc”.

En effet, c’est en novembre 1896 que Adrien de Turckheim signe un accord avec Amédée Bollée (fils) pour construire des voitures sous licence à Lunéville…

L’aventure automobile commence…! 🙂

 

La conception est simple, un cadre pour le châssis, un moteur bicylindre horizontal à l’avant positionné sous le châssis (6HP, allumage par incandescence d’un barreau de platine chauffé par un brûleur à alcool) qui transmet son mouvement par une courroie à ce qu’on peut déjà appeler une boite de vitesses qui est en porte-à-faux arrière. L’ensemble peut faire une pointe à 30 km/h.

Evidemment, tous ces engrenages n’aiment pas la poussière des chemins routes de l’époque mais la qualité de construction est bien au rendez-vous!

(photo du livre “Lorraine Dietrich”)

La carrosserie “Duc” reste très inspirée par les carrosseries hippomobiles avec 2 places à l’arrière pour… les domestiques!

Merci au club Lorraine Dietrich de nous avoir permis de la découvrir. Elle appartiendrait encore à la famille De Dietrich.