Châssis De Dietrich 1902

voici la photo d’une chassis De Dietrich de 1902, type Paris-Vienne.

On reconnait bien que nous sommes encore en “licence Amédée Bollée” et on peu apprécier le volant incliné qui apporte plus de confort à la conduite.

 

Ce type de châssis a aussi servi au Omnibus que la maison De Dietrich a utilisé pour véhiculer ses ouvriers des villages autour de Lunéville…

Visite d’usine (De Dietrich Lunéville)

voici une visite guidée de l’usine De Dietrich à Lunéville (54), créée par Adrien de Turckheim en 1879 et qui se mit à la fabrication automobile dès juillet 1897 avec les “De Dietrich Système Amédée Bollée”.

Les effectifs sont passés de 620 en 1897 à 1100 moins d’un an après (et 1500 fin 1998!), c’est dire la rapidité du développement…!

C’est en 1907 qu’une deuxième usine dut être créée (à Argenteuil).

A partir de 1910, c’est directement à l’usine de Lunéville que les clients lorrains durent se rendre pour acheter et faire entretenir leur automobile, la société ayant choisi de ne pas ouvrir de succursales… Il y avait donc des bureaux de ventes et ateliers d’entretien.

L’usine de Lunéville fut évidemment pillée et saccagée par les allemands au début de la première guerre mondiale et fabriqua des obus et du matériel militaire après la bataille de la Marne (et donc le recul des allemands) et ce, jusqu’en 1918.

Après cette guerre, c’est à Argenteuil que fut fabriquée la gamme automobile (Lunéville revenant à son premier métier des wagons et s’occupant de la préparation des voitures de courses)

Vous constaterez, d’après les automobiles en photos que nous ne sommes déjà plus à la période “Amédée Bollée” mais “Turcat-Méry” donc après 1902!

Réunion de direction

Bureau d’étude

Forge

Pièces détachées et contrôle 

 Montage

 Tapisserie  Finitions

 Comptabilité  Présentation à un client

 essai final

et ces photos permettent de constater l’importance de l’usine (très moderne pour l’époque) où sont fabriqués les wagons de chemin de fer et les automobiles:

 

(ces photos et infos viennent de ce livre: )

et voici ce qu’il en reste: 

Facel III Cabriolet de 1964

Facel-Véga (Forges et Ateliers de Constructions d’Eure-et-Loir) était une marque sportive et de prestige française créée par Jean Daninos.

Elle exista de 1954 à 1964 avec des modèles cultes comme les coupés HK 500, Facel II ou la berline Excellence… avec des V8 surpuissants (de chez Chrysler).

La Facellia se voulait la “petite” Facel dans la gamme de Facel Vega. Lancées avec un moteur Pont-à-Mousson (fragile), les dernières Facellia (les Facel III) étaient équipées du moteur des Volvo P1800, plus solide.

Cette Facel III de 1963 a été entièrement restaurée (carrosserie totalement démontées, et les tôles remplacées par de nouvelles dans les règles de l’art), la capote, l’intérieur, la mécanique… tout a été refait à neuf!

Elle possède, bien sûr le moteur Volvo B18 et les phares Megalux…

Les photos parlent d’elles-mêmes…!

 

 

 Prix: Vendue

Sortie de grange pour la collection Baillon

évidemment, tous les amateurs de belles anciennes ont entendu parler de la prochaine vente “Baillon” par Artcurial à Rétromobile.

Ce dernier avait pour ambition de créer un musée et était, pour cela, un précurseur puisqu’il avait commencé à acheter des voitures (parfois même au prix de la ferraille pour les sauver de la casse…) avant Schlumpf et Malartre….

 

Tous les reportages parlent de la Ferrari 250 GT California qui a appartenu à Alain Delon, de la Maserati A6G Gran Sport Frua, et de voitures de luxe de l’entre-deux-guerre avec des carrosseries spéciales (dont Saoutchik, Chapron…)….

 

 

…mais personne n’insiste sur le fait qu’on redécouvre 3 Avions Voisin et 3 Lorraine Dietrich alors que ces autos sont particulièrement rares (j’avoue faire une obsession 😉 )

Voici la liste officielle des voitures en vente (je pense qu’il y a des erreurs…):

Amilcar C6  C8 berline 1930 (Estimation: 5000  – 7000 € Vendu 30,160 €)


Amilcar CGSS 1937 (Estimation: 3000  – 5000 € Vendu 54,832 €)


Ariès coach CC4s 1930 (Estimation: 2000  – 4000 € Vendu 17,880 €)


Auto Union cabriolet Audi Front 225 1936 (Estimation: 6000  – 8000 € Vendu 57,216 €)


Avions Voisin C15 C3 1923 (Estimation: 1500  – 2000 € Vendu 52 448 €)


Avions Voisin limousine C15 C24 1933/34 (Estimation: 15000  – 20000 € Vendu 114 432 €)


Avions Voisin C7 par Gallé 1925 (Estimation: 12000  – 18000 € Vendu 73 904 €)
 
Ballot 8 cyl limousine Berline de voyage Chapron (Estimation: 12000  – 15000 € Vendu 29 800 €)


Barré torpédo (Estimation: 1000  – 1200 € Vendu 19 072 €)
 
Berliet coupé chauffeur  Limousine VRC 12HP 1930 (Estimation: 2000  – 4000 € Vendu 23,840 €)
 
Berliet Type VIGB 10HP Taxi Landaulet 1927 (Estimation: 1000  – 2000 € Vendu 23,840 €)
 
Bugatti 57 Ventoux 1937 (Estimation: 120000  – 160000 € Vendu 298,000 €)
 
Citroën Trèfle 1924 (Estimation: 800  – 1200 € Vendu 23 840 €)


Delage D6 11S 1934 (Estimation: 10000  – 15000 € Vendu 85,824 €)


Delage D8 coach 15S Coach “Autobineau” 1930 (Estimation: 30000  – 50000 € Vendu 125,160 €)


Delahaye 135 cabriolet Faget Varnet 1948 (Estimation: 100000  – 150000 € Vendu 429 120 €)
 
Delahaye 135 coach Chapron 1948 (Estimation: 20000  – 30000 € Vendu 79,864 €)


Delahaye 235 coach Chapron 1952 (Estimation: 35000  – 45000 € Vendu 69,136 €) et (Estimation: 30000  – 40000 € Vendu 107,280 €)

 et 
Delahaye 235 coach Chapron (Estimation: 20000  – 25000 € Vendu 119 200 €)
 
Delahaye 235 coupé Chapron
 
Delahaye Type 43 coupé chauffeur 1914 (Estimation: 6000  – 8000 € Vendu 65 560 €)


Delahaye GFA 148 L 1949 (Estimation: 5000  – 7000 € Vendu 30,992)
 
Delahaye Type 43 camionnette (Estimation: 2000  – 3000 € Vendu 25 032 €)

Delaunay Belleville limousine VL8 1932 (Estimation: 4000  – 6000 € Vendu 50,064 €)

Facel Vega Excellence 1960 (Estimation: 60000  – 80000 € Vendu 139 200 €)
 

 

Ferrari 250 GT SWB California Spider – 1961 (Estimation: 9500000  – 12000000 € Vendu 16,288,000 €)


Ferrari 308 GTS i 1982 (Estimation: 5000  – 10000 € Vendu 33,376 €)
Ferrari 400 GT 1978 (Estimation: 12000  – 16000 € Vendu 53,640 €)
Ferrari Mondial 3.2L cabriolet 1988 (Estimation: 18000  – 24000 € Vendu 35,760 €)
Hispano Suiza H6B cabriolet Millon-Guiet 1925 (Estimation: 200000  – 300000 € Vendu 572 160 €)
 
Hotchkiss 686 cabriolet Paris-Nice 1939 (Estimation: 14000  – 18000 € Vendu 30,992 €)


Innocenti S cabriolet (Estimation: 3000  – 5000 € Vendu 17,880 €)
Jaguar type S 3.4 L (Estimation: 4000  – 6000 € Vendu 25,032 €)
La Buire 12 A 1928 (Estimation: 2000  – 4000 € Vendu 25,032 €)


Lagonda LG45 cabriolet 1936 (Estimation: 10000  – 20000 € Vendu 97,744 €)
 
Lancia Thema 8.32 1987 (Estimation: 2000  – 3000 € Vendu 8,344 €)
Lorraine Dietrich B3/6 Sport  plateau 1930 (Estimation: 25000  – 35000 € Vendu 131,120 €)


Lorraine Dietrich B3/6 torpédo par Grumman (Estimation: 20000  – 30000 € Vendu 53,640 €)

Lorraine-Dietrich torpédo (A4) (Estimation: 4000  – 6000 € Vendu 47 680 €)
 
Maserati A6G 2000 Gran Sport Frua 1956 (Estimation: 800000  – 1200000 € Vendu 2,010,880 €)


Mathis Faux cabriolet Emysix 1930 (Estimation: 4000  – 6000 € Vendu 33,376 €)


Mathis FOH

Packard cabriolet Super Eight 1938 (Estimation: 15000  – 25000 € Vendu 29,800 €)


Panhard-Levassor Dynamic berline X77 1936 (Estimation: 10000  – 15000 € Vendu 36,952 €)


Panhard-Levassor Dynamic coupé X76 1936 (Estimation: 25000  – 35000 € Vendu 56,024 €)
  
Panhard-Levassor limousine X72 6CS (Estimation: 6000  – 8000 € Vendu 38,144 €)
 
Porsche 356 SC ex-Sonauto 1963 (Estimation: 20000  – 30000 € Vendu 89 400 €)


Renault AX 12 cv Type EU torpédo 1918 (Estimation: 1000  – 1500 € Vendu 15,496 €)
 
Renault Vivastella Grandsport  cabriolet 1936 (Estimation: 20000  – 25000 € Vendu 35,760 €)
 
Sandford S cyclecar 3 roues (Estimation: 15000  – 20000 € Vendu 59,600 €)
  
Singer Cabriolet (Estimation: 200  – 800 € Vendu 10 728 €)


Talbot Lago 11/6 cabriolet 1928 (Estimation: 4000  – 8000 € Vendu 36,952 €)
 
Talbot Lago Baby cabriolet Guilloret  T15 LB 1950 (Estimation: 2000  – 4000 € Vendu 42,912 €)


Talbot Lago Baby cabriolet Guilloret T15LB 1951 (Estimation: 25000  – 35000 € Vendu 71,520 €)


Talbot Lago Cadette T11 (Estimation: 2000  – 4000 € Vendu 19 668 €)
 
Talbot Lago coach T120 (Estimation: 2000  – 4000 € Vendu 23 840 €)

Talbot Lago T26 coach 1948 (Estimation: 14000  – 18000 € Vendu 85 824 €)


Talbot Lago T26 Grand Sport coupé Saoutchik (1949, châssis 110109 ) (Estimation: 400000  – 600000 € Vendu 1,702,000 €)
  
Talbot Lago T26 Record coupé Saoutchik (Estimation: 250000  – 350000 € Vendu 417,200 €)

 
Talbot Lago T26 cabriolet Saoutchik ex-Roi Farouk (1948 , châssis 100272) (Estimation: 120000  – 150000 € Vendu 745,000 €)
 

et voici des vidéos:

une autre vidéo:

http://video.lefigaro.fr/figaro/video/exclusif-la-decouverte-d-un-tresor-automobile/3925249876001/

Ah, et bien sûr rendons à César ce qui appartient à Artcurial: http://issuu.com/artcurialbpt/docs/2651?e=6268161/

Voisin C11 Chasseriez de 1927

même si les amis de gabriel Voisin n’avaient pas de stand dans le salon Epoqu’Auto, la marque était bien représentée puisque 2 Voisin vous accueillaient à l’entrée…. dont cette sublime C11 Chasseriez de 1927.

La C11 inaugure les 6 cylindres (2326 cm3, 14 CV pour une puissance de 66 CV) chez Avions Voisin (dès 1926) et la carrosserie “usine” Chasseriez est typique (caisse tout alu, la forme des portes, les “coffres” sur les ailes pour bien répartir le poids, le phare additionnel à l’arrière et les grandes surfaces vitrées “lumineuses” ….)

 

 

elle était là avec une copine, une autre belle C11 de 1927 mais carrosserie Spider (pas plus de photos car elles sont ratées…)

Facel Vega à Epoqu’Auto

 sublime expo à Epoqu’Auto pour les 60 ans de Facel Vega  (la première Véga ayant présentée en 1954)

 

 

 

On a pu admirer 2 “Excellences” (150 construites à partir de 1956), la blanche ayant un aspect plus “américaine” que la noire

  

Une Bentley carrossée par Jean Daninos (il en avait fait une pour sa femme)

Un alignement depuis la “Comète” jusqu’à la Facel II…

et un autre de “petites” Facel, de la Facellia à moteur Pont-A-Mousson (dès 1959), en passant par la Facellia F2 (moteur Volvo et phares Megalux) et la Facel III (1963) et pour finir avec avec la Facel 6 (6 cylindres de l’Austin-Healey) en 1964.

et place aux vidéos: on remonte le temps, de la Facel III à la Facellia (on voit bien l’évolution, que ce soit les phares, les grilles de calandres,… etc)

et vues de l’arrière (et on constate aussi l’évolution des feux arrières, tableau de bord, logo…)

et de l’autre côté de l’expo, de la “Comète” à la Facel Vega II, en passant par les FVS, HK 500…

On peut admirer l’évolution du style d’une part et la “patte” de Jean Daninos présente dès le début…. Les toits s’aplatissent, les lignes se tendent et les formes’affirment…

et vues de l’avant:

Talbot T26C

Louis Rosier avait 45 ans quand il est entré dans la légende des 24h du Mans, en 1950. Il a remporté la course en roulant 23h10 car, après avoir passé le volant à son fils (qui était inscrit avec lui), il trouvait que ce dernier ne roulait pas assez vite….. La voiture avec laquelle il a remporté cette belle victoire était cette Talbot-Lago T26 C et son 6 cylindres …

Ces voitures ont connus des pilotes illustres comme, donc, Louis Rosier (50, 51) mais aussi J-M. Fangio (51) et M. Trintignant (52)…

Photos prises à Epoqu’Auto

 

Elgé ou “Maleyre & Cie”

il n’y a pas eu que Motobloc qui a fabriqué des automobiles à Bordeaux, il y a eu aussi des “petits constructeurs” qui, même si leur carrière fut courte, ont fabriqué des voitures intéressantes.

C’est le cas de Roger-Louis Maleyre qui, en plus d’un atelier de mécanique ( 118, rue Malbec à Bordeaux), était carrossier.

Il fut l’un des premiers à s’intéresser à l’aérodynamisme  d’une part et au gain de poids d’autre part. Il créera donc des carrosseries très légères de type avion  (en bois entoilé), de forme très aérodynamique en fuseau. Après avoir carrossé une quinzaine de Bugatti, il construira ses propres automobiles (montées sur des chassis surbaissés, les “conduites intérieurs” ne dépassent pas 1.28m de haut avec des moteurs C.I.M.) sous la marque Elgé (un trentaine seront construites).

(ces 3 photos viennent de ce livre: )

et voici les Bugatti “Maleyre” (photos trouvées sur internet); le châssis n’est pas modifié):

Quant à cette Ford T, elle s’en inspire mais je ne pense pas qu’elle soit carrossée pat Maleyre:

 

 

Salmson S4-61 cabriolet

cette belle Salmson S4-61 Cabriolet était en vente le week-end dernier à Epoqu’Auto. Chassis n° 62539.

Elle était présentée comme étant de 1939 mais, au premier coup d’oeil, on peut constater qu’elle est d’après guerre puisque les phares sont intégrés dans les ailes….

Elle serait plutôt de 1950.

Elle s’est vendue 45000€.