Delaugère et Clayette Type V de 1923

Delaugère-et-Clayette-type-V-1923-1-300x200 Delaugère et Clayette Type V de 1923 Divers C’est fort d’une excellente réputation dans la carrosserie hippomobile (du moins dans leur région, autours d’Orléans), que les frères Henry, Emile et Félix Delaugère décident de se lancer dans l’automobile. Ils présentent ainsi un tricycle à la première Exposition Automobile de 1898. Afin de proposer des modèles plus aboutis plus gros et plus haut de gamme, ils s’associent, en 1903, avec l’ingénieur des arts et métiers, Maurice Clayette (son frère, Henry, les rejoint en 1906).pub-delaugère-et-clayette-232x300 Delaugère et Clayette Type V de 1923 Divers

affiche-delaugère-et-clayette-225x300 Delaugère et Clayette Type V de 1923 Divers La marque fabrique alors des voitures parmi les plus luxueuses (et les plus chères) d’Europe et a obtenu la  médaille d’or au salon international  de Londres en 1908 (peut-être d’autres mais les historiens de la marque n’ont pas de preuves tangibles). Aujourd’hui, la légende voudrait que les Delaugère et Clayette de la période avant-première-guerre pouvaient atteindre les 500000 km…

Dans les années ’20, la concurrence les oblige à rationaliser la gamme (fini la variété quasi-infinie des carrosserie dont la marque tirait en grande partie son prestige!) et a arrêter la production de leurs propres moteurs au profit de moteurs Ballot. C’est ainsi que sortent les Type V (entre 1923 et 1925). Environ 300 voitures sortiront sous 3 carrosseries (berline, torpédo et boulangère).

Delaugere-et-Clayette-Torpedo-Lux-1924-300x180 Delaugère et Clayette Type V de 1923 Divers Delaugere-et-Clayette-Torpedo-Serie-4-1924-300x175 Delaugère et Clayette Type V de 1923 Divers

En 1926, l’entreprise est reprise par Panhard et Levassor qui utilise les usines et le savoir-faire pour fabriquer ses propres carrosseries. Les « Panoramique », « Dynamic » et même la « Dynavia » y seront réalisées. C’est presque un retour au sources puisque Delaugère a commencé par la construction de carrosseries, qui plus est, haut de gamme… (la marque a même utilisé un moteur sans-soupape (licence Mustad-Fisher) en 1913, ce qui lui fait un point commun supplémentaire avec Panhard…).

Aujourd’hui, il resterait 26 automobiles Delaugère et Clayette (et 8 véhicules hippomobiles).

Delaugère-et-Clayette-type-V-1923-2-300x200 Delaugère et Clayette Type V de 1923 Divers Celle qui est présentée ici (vue au Salon Champenois de Véhicules de Collection à Reims, 2016) est une 10 HP, Type V de 1923 (châssis 5175), elle a un moteur Ballot 4G5 (67-120) et c’est un « Torpédo Luxe » (la forme est pontée, visible notamment derrière les sièges avant par rapport au « Torpédo de Série »).

 

Delaugère-et-Clayette-type-V-1923-4-300x200 Delaugère et Clayette Type V de 1923 Divers Delaugère-et-Clayette-type-V-1923-5-300x200 Delaugère et Clayette Type V de 1923 Divers Delaugère-et-Clayette-type-V-1923-6-300x200 Delaugère et Clayette Type V de 1923 Divers  D-et-L-fiche-1-232x300 Delaugère et Clayette Type V de 1923 Divers D-et-L-fiche-2-230x300 Delaugère et Clayette Type V de 1923 Divers

Vous avez aimé cet article? Merci de le partager en cliquant ci-dessous!

2 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :