100 ans de l’automobile française: Lorraine Dietrich

extrait de ce livre:

Lorraine-Dietrich: La gloire en 2 fois 24 heures
DSCF1854-Copier-241x300 100 ans de l'automobile française: Lorraine Dietrich 100 ans de l'automobile française Après une période de construction en Lorraine (1896-1904), sous licences Amédée Bollée et Turcat-Méry, la firme s’installa à Argenteuil et produisit une gamme étendue de voitures rapides de 10 à… 70 CV! En 1920, l’ingénieur Marius Barbarou, transfuge de Delaunay-Belleville et de Benz, dessina une remarquable 15 CV 6 cylindres qui devint la « locomotive » de la branche automobile de Lorraine. Ses exploits aux 24 Heures du Mans nouvellement créées (1923) sont demeurés célèbres : à la distance, elle fut en effet 1 re, 2e et 3e en 1926 ! L’une d’elle reparut en 1931 et termina 4e !

DSCF1855-Copier-248x300 100 ans de l'automobile française: Lorraine Dietrich 100 ans de l'automobile française

Après la 15 CV, la « 20 CV » : très belle, mais…
DSCF1856-Copier-245x300 100 ans de l'automobile française: Lorraine Dietrich 100 ans de l'automobile française Exploitant commercialement les victoires mancelles, Lorraine-Dietrich lança un type « Le Mans » destiné à la clientèle. La ligne spartiate avait été adoucie par J.-H. Labourdette, et le résultat était aussi esthétique que le châssis était bon, performant… et cher! Une plaque certifiait sa conformité à ceux du « Mans ». Cette 15 CV dura jusqu’en 1931 où, âgée de près de 10 ans, elle termina 2° au Rallye Monte-Carlo entre les mains d’un jeune débutant d’alors : Jean-Pierre Wimille. A cette même époque, l’entreprise, devenue « Lorraine » tout court, lança une grosse voiture de luxe, le type 310 de 20/23 CV, très bien finie, mais dont le moteur de 4 litres n’était manifestement pas à l’échelle du grand châssis. Il eût fallu un 5 litres, 5,5 litres pour que cette 20 CV maintienne la réputation de la 15 CV, cette célèbre « B-3-6 ». L’usine cessa de produire des voitures particulières en 1933, et se consacra à la fabrication de véhicules militaires très réputés, certains sous licence tchèque Tatra, ce qui, avec ses fabrications de moteurs d’avions, lui valut d’être sérieusement bombardée en 1943/1944
DSCF1857-Copier-248x300 100 ans de l'automobile française: Lorraine Dietrich 100 ans de l'automobile française                

Vous avez aimé cet article? Merci de le partager en cliquant ci-dessous!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :